Archive for ‘novembre, 2015’

Elle pleure

 

elle-pleure

« La vache qui pleure » – Sud Djanet

 

Elle se trouve à l’écart de la piste, entre l’aéroport qui semble sans cesse menacé d’ensablement, et les coulées vertes des palmiers dattiers qui épousent le cours de l’oued de Djanet (Sahara sud-algérien). Elle est là depuis des millénaires, superbement gravée en creux dans la roche, à se désoler du temps qui passe ou du paradis perdu. A se désoler du changement climatique vous dirons les Touaregs, pas le nôtre mais celui qui a transformé cette région jadis arrosée et luxuriante en désert de sable et de roc. En témoignent les peintures rupestres visibles dans le moindre abri sous roche; toutes en ocres rouges et blanc: d’élégantes silhouettes féminines, des chasseurs en mouvement, des animaux à profusion. A se désoler peut-être aussi des aléas de l’histoire récente qui perturbent régulièrement une vie qui pourrait être paisible. Entre elle et les frontières proches, les tranquilles caravanes de dromadaires ont souvent fait place à des convois plus inquiétants: ceux du GIA ou du GSPC durant la décennie noire de l’Algérie, ceux des trafics en tous genres, ceux d’AQMI depuis quelques années. Au loin passent aussi ces camions hors d’âge qui transportent d’improbables grappes d’hommes, de femmes, d’enfants parfois, prêts à affronter tous les outrages en Lybie et tous les dangers de la Méditerranée, pour tenter d’atteindre une Europe fantasmée. Périodiquement, entre deux conflits ou deux rapts de touristes, des voyageurs reviennent à Djanet durant l’hiver. Elle se console alors un peu des visites qu’ils lui font, généralement après une semaine ou deux de marche dans le Tassili N’Ajjer ou le Tadrart, les yeux et l’âme comblés par la beauté d’un monde des origines.

13 novembre 2015

 

"La vache qui pleure" détail

« La vache qui pleure » détail

Elle pleure, et elle a aujourd’hui des raisons de redoubler ses larmes, elle si proche de terrains d’actions de ceux qui ne pensent qu’à détruire, de ces artisans des ténèbres qui, alliant ignorance et cruauté, s’en prennent à la vie, à la beauté, à la joie, à l’amour, et à l’amitié entre les hommes.

15 novembre 2015