Exubérance Végétale

Chroniques Estivales 2

Jean-Luc Billet Photographies

Nous sommes immergés dans l’exubérance verte des Cévennes. Des étendues boisées tapissant le relief à perte de vue, des forêts profondes noyées de brumes, pleines de mystère. Même les endroits habités, hameaux et villages, ne semblent pas connaître cette frénésie de combat, quasi militaire, qui consiste à couper, tondre, tailler, élaguer, dans la plus grande partie du territoire. Tout semble ici pousser en toute liberté et occupe harmonieusement l’espace, beaucoup mieux que ne pourrais le concevoir le meilleur jardinier. Des arbres immenses jouxtent les habitations sans que cela ne semble poser le moindre problème, les glycines étalent leurs pousses en tous sens, débordant largement des murs et pergolas, les herbes et les fleurs sauvages colonisent les murs de pierre, les façades, les escaliers, sans jamais avoir connu le glyphosate.

Bref la nature suit son cours « dans ses milles variétés musicales » (Sollers), sans que personne ne songe à y « mettre de l’ordre ». A « Isis en Cévennes », les arbres plantés il y a 40 ans (nous les avons connus jeunes!) sont devenus une forêt aux multiples essences peuplée d’insectes et d’oiseaux, les arbustes n’ont jamais connu la taille, la renouée conquiert les branches mortes, les poteaux et les quelques installations pérennes, le lierre efface les murs, la vigne vierge « quinquefolia » tombe en cascade des toits et les branches protectrices se penchent au-dessus des chemins. Quel contraste avec le jardin « à la française » visité récemment en passant par le Périgord (jardin d’Eyrignac), où, sous la coupe réglée d’interventions humaines quasi-permanentes, la nature a totalement perdu son âme, un massacre, une « nature morte » en quelque sorte.

Ici, en Cévennes, la nature respire la plénitude et la communique à ceux qui y vivent… ou ne font que passer.

 

Jean-Luc Billet Photographies

 

Jean-Luc Billet Photographies

Laisser un commentaire

Basic HTML is allowed. Your email address will not be published. Subscribe to this comment feed via RSS